[Test] Assassin’s Creed IV : Black Flag

[Test] Assassin’s Creed IV : Black Flag

Embarquez moussaillon ! Le bateau Ubisoft vous propose une nouvelle aventure pleine de rhum, de meurtres et de pillages ! Participez à l’abordage de nombreux galions et devenez le roi des mers, en compagnie de Barbe noire et de Rackham Le Rouge !

Voila qui résume bien le nouvel opus d’Assassin’s Creed, dit Black Flag. Les développeurs avaient déjà bien introduits l’univers marin dans Assassin’s Creed III, mais celui ci a été revu et perfectionné pour vous offrir une aventure digne de ce nom ! Les fans de la série seront probablement séduits par les mers des caraïbes, pleine de charme, de beautés et de … meurtres !

A l’abordage !

Assassin-s-Creed-4-Black-Flag_20130303_05Vous incarnez un certain Edward Kenway, ancien corsaire devenu pirate, qui a pour habitude de courir après l’or et le rhum, comme tout bon pirate du XVIIIème siècle. On vous met d’ailleurs directement dans le bain, car à peine votre aventure commence que votre bateau se retrouve assiégé par une horde de pirates sanguinaires. Seulement voila, leur attaque n’a pas le succès voulu et c’est au bout de quelques minutes que leur navire (et le votre au passage) se retrouve enseveli par la puissance des océans. Échoué sur la plage, Edward se réveille aux cotés d’un homme blessé. Après vous avoir demandé de l’aider à rejoindre une ville en échange de beaucoup d’or, il essaie de vous tuer, cette proposition n’étant qu’un subterfuge ayant pour but de vous rapprocher de lui. La course poursuite dans la jungle commence, ce qui nous permet de nous familiariser avec les commandes, le décors et les nombreuses possibilités d’action. Ce n’est qu’après un combat relativement facile que notre héros récupère sur le cadavre de son ennemi un paquet et une convocation : « Apportez moi ce que je vous ai demandé. Je ne connais pas votre visage mais je serais capable de reconnaître la tenue de votre fraternité ». Vous l’avez compris, notre assaillant était donc un assassin. Edward étant animé par la cupidité et l’appât du gain, il décide d’enfiler la tenue de son ennemi et de livrer le paquet à sa place. Il devient donc malgré lui un assassin.

Voila pour le synopsis, qui vous l’aurez deviné va partir dans tous les sens, comme à son habitude !

Mais où est mon perroquet ?

Assassin’s Creed IV se passe beaucoup en mer, dans la mesure ou la piraterie est son champ d’action principale. Rassurez vous, les équivalences de tombeau d’assassin et les passages en ville seront au rendez vous !

assassins-creed-iv-black-flag-screenshot-ME3050119995_2En comparaison avec Assassin’s Creed III, la navigation est beaucoup plus réaliste. On peut voir le sens du vent sur son radar, et le bateau va bien entendu plus vite si on suit sa direction. Toutefois, on notera que, sauf erreur de ma part, il est dans la réalité impossible de naviguer à contresens du vent, mais comme vous êtes un assassin, vous y arrivez quand même in game ! En effet, le réalisme, c’est bien, mais il ne faut pas non plus entacher le gameplay par souci de perfectionnisme ! Toutefois, contrairement à la plupart des jeux de navigation, les hauts fonds sont biens présents et repérables, nous n’avons donc pas l’impression que la plage se coupe net vers le fond !

La monotonie en mer, vous pouvez oublier ! Il y aura toujours quelque chose pour rendre votre route moins longue. Que ce soit une baleine à bosse qui effectue un saut juste à coté de vous, un trésor enfoui sur un îlot ou un banc de sable, un naufragé…. ou alors une tempête diluvienne qui vous explose au coin du visage !  La beauté et la puissance de l’océan sont bien illustrées dans ces moments là. Le détail des vagues, les bourrasques de vent qui font dévier votre navire, la pluie, les énormes vagues qu’il va falloir encaisser si on ne veut pas couler son bateau… Tout est fait pour vous « plonger » (ha, ha, ha, il faut savoir rire de tout !) dans l’ambiance, avec une bande son type flamenco espagnole qui rythme vos aventures et vos combats !

Vous avez la possibilité d’attaquer n’importe quel navire s’il vous en prend l’envie, toutefois méfiez vous de son niveau et de ses amis qui ne sont jamais bien loin. Parfois, on mène tranquillement son attaque contre un galion espagnol et tout à coup, on se retrouve avec deux ou trois ennemis en plus, qui passaient dans le coin et décident d’aller prêter main forte à leur compère. Les combats n’en sont que moins prévisibles, et puis au passage, ça fait plus d’or à piller ! Une fois que l’ennemi est au plus bas de sa barre de vie, ses voiles sont rangées et vous êtes libre d’envoyer votre équipage l’assaillir (ou de le couler, mais vous ne récupérez que la moitié du butin). Plus votre équipage est conséquent, plus vous avez de chance de mener votre attaque à bien. Vous pouvez bien entendu prendre part au combat et sauter sur le galion de votre adversaire grâce à une corde, ou y aller tout discrètement en fonction de vos préférences !

La longue vue du pirate

AC4BF_SC_SP_05_UnderwaterTreasureAu niveau graphique il n’y a rien a reprocher quand on est en mer, toutefois, on regrette cet aspect surchargé à terre. Autant les feuillages et les arbres c’est normal dans la jungle, mais les textures prennent vite un aspect empilé quand on s’attarde sur le détail (un peu comme dans Skyrim par exemple). Je précise au passage que je parle de la version Xbox 360, et je reste convaincu que le problème ne se pose pas sur pc sous réserve d’avoir une carte graphique qui se respecte. Il en est de même pour les cinématiques, qui offrent des ombres bâclées. On a l’impression que c’est un simple zoom des graphismes in game au lieu d’une cinématique à proprement parler. Mais bon, la génération 90 a vu bien pire au début du jeux vidéo (et même actuellement). Ne vous attendez donc pas à un qualité digne d’Hitman Absolution, sous peine d’être légèrement déçu. En revanche, quand on prend la mer, on reste tout bonnement ébahi par la beauté de la faune et de l’océan !

Les développeurs ont bourré le jeu de petits détails insignifiants, mais qui ont leur charme. Par exemple, on met automatiquement sa capuche quand on rentre dans une zone interdite au public, alors qu’on l’ôte quand on en sort. De petites choses du genre qui ajoute au jeu charme et élégance.

Assassins-Creed-4-Black-Flag-silenceLes déplacements ont été aussi revus, et le personnage aura moins tendance à faire le « kéké » et à sauter partout lors d’un sprint ou d’un demi tour. En revanche, Ubisoft aurait pu revoir l’intelligence de son IA. En effet, on peu se permettre d’abuser de leur stupidité ce qui nous rend la tâche que trop aisée. Par exemple, étant caché dans un feuillage, j’attends que le garde se retourne avant de courir vers le bosquet suivant, le garde me voit. Là on peu s’attendre à une réaction intelligente comme appeler ses amis de la Gestapo pour venir me sortir de ma cachette ? Mais non ! Il va tout simplement venir voir par lui même et se coller à ma cachette, regardant bêtement dans ma direction avant de mourir avec une lame plantée dans le cœur. C’est un défaut mineur mais qui reste dommage dans la mesure ou Ubisoft a sorti le premier opus d’Assassin’s Creed en 2007; le défaut (commun à tous les opus) aurait tout de même pu être réglé depuis le temps !

Au cours de vos aventures et de vos pillages, vous allez accumuler divers matériaux (bois, fer, peau etc…). Ces matériaux associés à un peu d’argent vont vous permettre d’améliorer autant votre tenue (armure, étuis à pistolet…) mais également votre navire. Passant de simple navire espagnol à véritable navire de guerre grâce à tous les canons, éperons, mortiers et autres joyeusetés qui font faire de vous le roi des caraïbes !

L’avis (très) personnel 

Pour ma part, j’ai trouvé que Assassin’s Creed IV : Black Flag est un véritable ravissement. N’étant pas un accro des précédents opus et je l’assume, j’ai lâché l’histoire à la sortie de BrotherHood, je me suis contenté de suivre les histoires et améliorations de loin, grâce à mes compères de la toile. Toutefois, étant très attiré par l’univers pirate, je n’ai pu être que séduit par Assassin’s Creed IV ! On a eu les cow boys avec Red Dead Redemption, c’est au tour des marins de faire leur apparition ! L’univers du jeu est varié, prenant, et la bande son sait vous mettre dans l’ambiance comme il se doit ! C’est un juste équilibre entre simulation de navigation et l’arcade, que l’on est libre de prendre comme on l’entend !

Seul regret, l’intelligence de l’IA et les cinématiques un peu bâclées sur les bords… Mais vu le plaisir qu’on a en jouant, on oublie vite ces petits détails !

Et vous, qu’avez vous pensé d’Assassin’s Creed IV : Black Flag ? On attend votre réponse dans les commentaires !

A propos de Master_Crazy

1 023 commentaires

  1. Geoffrey "Toad" Gruchala

    Un petit chant pirate en harponnant un requin bouledogue ?