[Le Film Culte de la Semaine] Le Grand Bleu

[Le Film Culte de la Semaine] Le Grand Bleu

Si les films devenus cultes ont souvent des romans pour origine, il arrive que certains naissent d’une passion. Et c’est sans doute une passion de jeunesse brisée qui a inspiré le réalisateur de notre film culte  Le Grand Bleu: Luc Besson. Le jeune Luc, fils d’instructeurs de plongée, a passé son enfance entre les côtes grecques et yougoslaves et c’est tout naturellement qu’il envisage de devenir biologiste marin spécialisé dans les dauphins. Hélas, un accident de plongée qui a failli lui coûter la vue va balayer ses rêves; à 17 ans il apprend qu’il ne pourra plus jamais plonger! Mais la passion ne s’ éteint pas et lorsqu’il rencontre en Grèce le plongeur Jacques Mayol, il décide d’écrire une histoire dont il est le héros. Il faudra attendre 10 ans pour que ce projet soit porté à l’écran. L’histoire de Jacques Mayol et d’Enzo Molinari, deux amis d’enfance qui vivaient ensemble leur passion pour la mer dans les années 60. Au décès de son père, suite à un accident de plongée, Jacques retourne en France. Vingt années passent et les deux hommes se retrouvent à l’occasion du championnat du monde d’apnée no limit à Taormine, en Sicile. Mais lequel des deux sera prêt à prendre tous les risques pour être le meilleur?

Premier défi et pas des moindres pour le réalisateur: trouver un producteur! Par l’intermédiaire d’Isabelle Adjani, il rencontre l’acteur/réalisateur/producteur américain Warren Beatty qui lui accorde une enveloppe de 25000 dollars, somme qui lui permet de partir  en croisière en méditerranée  afin d’écrire le script en compagnie de l’acteur Christophe Lambert et du compositeur Eric Serra. Malheureusement Besson s’embrouille avec Beatty et se tourne alors vers la Gaumont. Décision qui va déchaîner les avocats de l’américain qui obtiendront de la Gaumont la somme de 2,5 millions de francs en réparation du préjudice causé. Les ennuis de Besson avec la justice ne s’arrêtent pas là, hélas! L’apnéiste sicilien Enzo Maiorca, grand rival de Jacques Mayol et qui a inspiré à Besson le rôle d’Enzo Molinari est loin d’apprécier le film et va entamer une procédure en diffamation à l’encontre du réalisateur, procédure qui va empêcher la diffusion du film en Italie pendant 14 ans et qui obligera à de nombreuses coupures avant sa distribution en 2002: et notamment la scène où Enzo demande de l’argent pour sauver un homme de la noyade…

Besson_Mayol

Reste à réunir le casting et là encore, ce ne sera pas chose facile. Rencontré sur le tournage des Bidasses aux Grandes Manoeuvres (1980, Raphaël Delpard), Besson se lie d’amitié avec Jean Reno. Après lui avoir donné un rôle dans son premier court métrage, L’Avant Dernier (1981)  puis dans son premier long métrage Le Dernier Combat (1983)  et encore dans Subway (1985), Besson offre à Reno le rôle d’Enzo l’italien, rôle qui va enfin le faire connaître du grand public. Mais reste à trouver celui qui incarnera l’idole du réalisateur, Jacques Mayol. Besson pense tout d’abord comme une évidence à Christophe Lambert césarisé pour son rôle de Fred dans Subway mais celui ci décline l’offre. L’acteur, aussi connu pour avoir joué le rôle de l’homme singe dans Greystoke, la Légende de Tarzan avouera plus tard « Je ne voulais surtout pas être le mec qui fait un film avec des singes, puis des dauphins… et pourquoi pas des vaches ensuite. Je serais devenu l’acteur des animaux. »  Besson pense alors à Gérard Lanvin, Mel Gibson ou encore Mickey Rourke mais lors d’un ultime casting londonien, il découvre un acteur de théâtre inconnu, Jean Marc Barr et décide de lui donner le rôle. Rôle qui va faire connaître l’acteur au grand public et lui offrir une nomination pour le César du meilleur acteur en 1989. Le casting s’ouvre aussi à l’international avec l’actrice américaine Rosanna Arquette qui obtient le rôle de Johanna Baker, Besson ayant craqué pour elle en la voyant dans le film Recherche Susan désespérément. Enfin n’oublions pas Joséphine, le dauphin star, actrice de cette incroyable scène où elle va chercher Jacques Mayol dans les profondeurs. Capturée dans les eaux américaines en 1979, Joséphine qui évoluait au Marineland d’Antibes s’est éteinte en 2011 à  38 ans, un âge avancé pour un dauphin, laissant ses soigneurs et des milliers de fans dans une profonde tristesse.

Le grand bleu

La rencontre en 1979 de Besson et du compositeur français Eric Serra marque le début d’un longue collaboration et après avoir obtenu la victoire de la meilleure musique de film en 1985 pour Subway, Serra décroche ici une nouvelle victoire et un César pour la bande originale My Lady Blue dans laquelle on entend la première interprétation vocale du compositeur.

Le film qui a nécessité 9 mois de tournage en Italie, en Grèce, aux Etats Unis, au Pérou et dans les îles Vierges sort en 1988. Nominé 8 fois aux Césars 1989, il obtient 2 récompenses (musique et son). Il sort aux Etats Unis sous le titre The Big Blue avec une fin différente et plus heureuse mais sans la musique de Serra remplacée par celle de Bill Conti.

A propos de domival